• Guidé(e) Par Ma Femme

    Guidé(e) Par Ma Femme

    AUTEUR : Silkywayrunner

    Il est le matin vers 7 heures 30, ma femme se prépare dans la salle des bains devant la glace, penchée un peu en avant pour finir son maquillage. Elle porte un soutien-gorge noir en dentelle qui montre sa poitrine généreuse plus que il la cache. Je devine une culotte assortie sous les collants transparents. Aux pieds déjà les escarpins pointus noirs avec les talons hauts qui se fixent à l'aide d'un collier aux chevilles.

    Je la regarde. Elle prend aujourd'hui particulièrement soin à son maquillage et le rouge aux lèvres foncé en contraste avec les yeux rendus plus grandes par les miracles de la cosmétique la font irrésistible. Hier elle a été chez le coiffeur et elle m'a surpris avec une nouvelle coupe mi-longue, et une couleur châtaigne avec des jolis reflets rouges.

    Je sens un picotement en moi. Elle est excitante, belle. Elle me donne un sourire quand elle quitte la salle des bains et va à la chambre où elle ferme la porte. Je reste la avec son image et son parfum très féminin qui perturbe l'atmosphère.

    Elle reste un bon moment dans la chambre. Plus long pour choisir tout simplement une robe, mais mes pensées agréables me ne laissent pas m'ennuyer.

    Enfin elle sort en ferment encore la porte derrière elle ce qui me semble un peu étrange. Elle porte une jupe courte verte foncée et un top rouge Bordeaux au col haut et manches longues qui mets en valeur ses formes. Une veste satinée portée ouverte complète sa garde-robe. Elle me jette un petit bisou sur le joug et dit : Je ne rentre pas ce soir, j'ai te préparé quelque chose dans le frigo et... avec un sourire un peu malicieux, ...une petite surprise dans notre chambre.

    Elle descend l'escalier, je vois ses fesses dans la jupe étroite et ses jambes couvertes de nylon de ses collants. Dans sa main la petite valise qui est toujours prête pour ces déplacement spontanés. Elle quitte la maison, j'entends sa voiture démarrer et de la fenêtre je vois les feux arrière de sa Golf prendre le virage de la route.

    Ca va dire qua, une surprise? Curieux j'ouvre la porte de la chambre et je suis vraiment surpris. Sur le lit est étalée une robe rouge, le haut en dentelle et la jupe transparente doublée en satin. Un soutien-gorge noir comme j'adore sur elle mais les bonnets, j'ai vu un peu plus tard, de la taille B et pas C, Une culotte identique de la sienne, des collants, une gaine culotte également noire et devant le lit une paire des escarpins rouges avec des talons hauts de cinq centimètres. De la taille 41,5. Elle porte des 38. A côté du soutif une petite boite en carton et une enveloppe rose. J'ouvre d'abord la boite. Elle contient des faux seins en silicone presque naturels avec les tétons. L'enveloppe est fermée. Je tremble un peu en l'ouvrent et je trouve une lettre manuscrite de sa main :

    Mon chéri,

    Depuis déjà un bon bout de temps j'ai le soupçon t'a un petit pêché mignon. J'ai découvert mes sous-vêtements rangés un peu différemment dans le tiroir, mes jupes et robes ont bougées tout seul dans le placard, peut-être quelqu'un les a aidé? Dans la corbeille à linge mes culottes prennent des tâches, quelques fois même les soutient gorges. Depuis le jour où t'as plus eu le droit de toucher mon corps je me pose la question comme tu feras. J'ai pensée à une petite copine mais jamais il a eu un signe. Après, j'ai compris. T'as trouvé d'autres objets pour ton désir.

    C'est bien, et dès maintenant je vais m'occuper de ta nouvelle vie sexuelle. Mais sous mes conditions et t'es ténu de les respecter. Jamais t'as le droit de t'exciter et encore moins de te masturber sur d'autres objets que mes sous-vêtements, robes, jupes personnelles où d'autres que je peux te donner. Tu me dois en contrepartie un rapport exact sur toutes tes « activités » sans gène. Tu ne regretteras pas par ce que je vais te guider dans le ciel et tu vas être comblé.

    Ce soir notre nouvelle intimité commence et tu vas t'habiller avec les vêtements j'ai te préparé. Je pense ton sexe va s'ériger déjà quand il touche à ma culotte. Enfile doucement les collants, t'a l'expérience je soupçonne, et maîtrise ton petit ami dans la gaine culotte. Je suis sûr l'expérience de porter pour la première fois des faux seins et de voir les tétons couverts à peine par la dentelle du soutif va te donner l'envie de te transformer le plus souvent possible. Tu vas voir la robe te passera comme faite pour toi et avec un peu d'exercices tu te promènes avec les escarpins aux talons comme une vraie femme.

    Je t'interdis de te branler, Tu vas te regarder dans les glaces. Tu vas profiter de te promener et de sentir glisser la robe sur tes collants. Si tu t'assoiras croise les jambes comme font les femmes. Touche tes seins à travers de ta robe. Il faut tu t'adapte à la légère pression des bretelles de ton soutif, tu vas le porter dès maintenant très souvent. Et laisse partir tes fantasmes. Pense aux choses qui fait ta femme quand elle est en déplacement. Peut-être ce soir. Une femme mûre comme moi prend les hommes pour se faire plaisir. J'adore d'allumer un homme viril et de faire l'amour avec lui. Au début j'ai exigée la capote mais c'est tellement jouissant de sentir un sexe dur direct dans mon vagin et le faire éjaculer profondément dans mon ventre que je ne veux plus des préservatifs. Tu comprends?

    Je suis sûr tu n'es pas jaloux. Je pense au contraire ça te plait. Tu t'imagine ta femme sur un homme musclé qui tient ses seins avec ses mains et tortille ses tétons. Elle bouge ses hanches, la grosse queue du mec rentre et sort de son vagin plus en plus vite. Elle commence à jouir et l'excite son amant en montrant sa bouche ouverte et dit lui des mots qui seulement une femme expérimentée peut dire. Il s'envole en air avec elle. Il prend ses fesses au moment où il sent venir son sperme, tient le corps de sa maîtresse pour que rien ne se perde et éjacule en plusieurs coups forts. Ta femme continue ses mouvements du bassin en douceur, un sourire décontracté sur son visage.

    Tu veux voir la scène? Un jour peut-être. Mais pour le moment notre vie sexuelle reste séparé.

    Je te souhaite une soirée enchantée et nous nous reverrons demain.

    Ta femme

    PS : Pour ta nouvelle garde-robe j'ai libéré une partie côté fille de l'armoire et pour ta linge deux tiroirs.

    Je suis comme hypnotisé. J'ai envie de la remercier. Il est 9 heures et la soirée est encore loin.

    J'ouvre son armoire pour regarder ses robes et jupes comme je fais souvent, mais cette fois ci c'est autrement. C'est elle-même qui me guide. C'est comme chaque robe, comme son chemisier transparent me parle avec sa voix et me dit : prend moi, montre moi à ton petit ami pour le rendre fort et dur, frotte lui sur moi et fais le sentir la différence des tissus délicats sur son gland.

    Mais ne fais pas trop vite. Je suis ton objet de désir. J'appartiens à ta femme qui me porte sur son corps. J'ai vu quelques choses quand j'été avec elle. Si tu me vénères comme je mérite je vais te raconter mes aventures.

    Je prends le chemisier fait d'un tissu ultra fin, col et manches entourés de dentelles et une jupe d'été en soie aux motifs des grosses fleurs et je le pose sur le deuxième lit. J'ouvre la braguette et sors mon sexe déjà en train de s'ériger. Je passe le gland lentement sur le bord de la jupe et j'embrasse la dentelle du chemisier. J'ai envie de venir tout de suite, mais je m'arrête et je vais dans la salle des bains où je cherche dans la corbeille à linge une de ses pièces intimes.Je choisis une culotte d'une jolie couleur « champagne » en satin, devant doublée en dentelle avec des petites roses et une rose brodée sûr le bord en milieu.

    Je reviens dans la chambre et je commence doucement de glisser mon gland sûr sa culotte, de le montrer la différence entre le satin et les excitantes aspérités de la dentelle. Il a le droit de s'enfiler et de pousser contre la partie qui garde l'entrée de son vagin, il se sent si proche des gouttes de désir. Je m'imagine ma femme portent chemisier et jupe sur la banquette arrière d'une voiture. Elle est au dessus d'un homme à la braguette ouverte et tient son sexe érigé dans sa main. Elle tire sa culotte, celle je sui en train d'explorer, et sa main fait glisser la queue dans son vagin. Il n'est plus possible de me retenir. Je tiens la culotte fort contre mon petit ami et je regarde le nylon prendre mon éjaculation. Je vois une tâche s'agrandir sur le satin et gagner la dentelle. Je le retire un peu,les dernières gouttes sortent et je les laisse aussi tomber sur mon objet fetish.

    Après j'ai remis jupe et chemisier dans l'armoire sans me soucier si ils sont exactement à leur place car si ma femme les trouve un peu déplacé elle sait j'ai exercé mon pêché mignon et c'est elle qui m'a donnée la permission. La jolie culotte qui a vu deux sexes en 24 heures dans les circonstances très différentes est repartie dans la corbeille à linge.

    La journée passe, je fais mon travail quotidien en pensent à ma surprise. De temps en temps je rentre dans la chambre comme pour m'assurer il n'agit pas qu'd'un rêve. Mais non, la belle robe est bel et bien réalité. Et les escarpins me rappellent l'intérêt ma femme porte sur la perfection.

    Le soir vient, Je prends une douche, mon gel douche habituel n'est plus la. Il y a un autre, « spécial femme », avec un parfum subtil de roses. Il laisse sur la peau une douceur plaisante agréable à toucher. Tout nu je vais dans la chambre et je me mets le soutien gorge, pressé de me voir avec des jolis seins. Je ferme les agrafes et monte les bretelles. Comment ma femme a pu deviner la taille des soutifs pour moi? Il est parfait. J'ouvre le petit carton et sors les seins en silicone. Doucement je touche les tétons. Je les enfile dans les bonnets. Je les prends dans mes mains et je les caresse dans la dentelle noire. Mon sexe est dur et érigé comme j'ai rarement vu. Pour la première fois je me vois avec les atouts féminins qui me font rêver depuis longtemps. Je n'ose pas de me regarder dans la glace je n'aurais sûrement pas résisté à la tentation de masturber immédiatement. Mais sa lettre m'interdit, je me maîtrise et je prends la culotte. C'est bien celle qui a été portée hier, je me souviens car elle a en milieu du bord un petit papillon avec une perle. En plus elle sent son corps et son parfum. Ce n'est pas facile de la mettre. Il me faut trouver la place pour mon petit ami impatient. Et maintenant les collants. Assis sûr le lit je enfile une jambe après l'autre, je me mets debout et je les tire jusqu' à la taille. Ils sont d'une jolie couleur marron clair, sur l'étiquette est marqué « fauve ».

    J'apprécie la prévoyance de ma femme qui m'a préparé la gaine culotte. Elle est faite du Lycra avec des renforts devant prévu pour l'effet « ventre plat » La douce force du Lycra retient mon sexe toujours dur et maintient aussi une étrange pression sur mes testicules. Elle forme des fesses rondes proéminentes, comme je vois maintenant car je me sens plus sûr avec la gaine de me contrôler dans les glaces avant de mettre la robe.

    Je la lève du lit. Elle est de taille 42 avec une fermeture éclair côté gauche. J'ouvre la et je la mets au dessus de ma tête et je la fais glisser sur mon corps. La première fois je porte ma propre robe. Un rêve avec la partie haute en dentelle qui est parfaitement ajustée à ma nouvelle silhouette et le jupon en satin doublé de voile. Elle finit juste aux genoux, est généreusement large et le rouge vif me plait beaucoup. Je m'asseoir encore sur le bord du lit et je mets les escarpins. Je ferme les petites boucles dorées sur les chevilles et je me lève. Les premiers pas prudents vers le grand miroir de la chambre. Je me tourne une fois. Une autre fois plus vite, le jupon vole. J'ai envie de me toucher partout. Je touche mes fesses, les seins qui me semblent déjà comme mon propre chair, je lève un peu les jupons pour admirer mes jambes couvertes de nylon.

     

    Passer la main sur les collants, entendre le son inoubliable quand la jupe glisse dessus. Ma femme m'a tout pré dicté et dans ce moment je pense à elle et les jolies choses elle est sûrement en train de faire avec un homme. Je voudrais la féliciter pour son esprit pétillant et je souhaiterais elle allumera son amant dans la plus belle façon et qu'il la fera l'amour plusieurs fois cette nuit et surtout sans préservatif. Elle doit garder le sperme dans son vagin comme sa culotte gardera le mien.

    Et il m'arrive quelque chose qui ne m'est jamais arrivée avant. J'été debout devant le miroir et j'ai commencer d'avoir les jambes qui tremblent. Je me vu portant une belle robe choisi pour moi par ma femme et toutes le sous vêtements elle ma préparé pour mon plaisir et je senti venir mon orgasme. Elle m'a averti, ma déesse, je pourrais jouir sans me masturber que en pensant à elle et en portant les vêtements enchantés. Je senti mon éjaculation, mon sexe été pris dans sa culotte fermement fixé par les collants et la gaine. J'été livré à elle, obligé de mouiller sa linge et j'ai m'imaginé son sourire quand elle trouve les piéces de conviction pleines de sperme dans la corbeille.

    Avant de me déshabiller j'ai pris place sur son lit, croisant les jambes en regardent les escarpins sur mes pieds dans les collants. C'été merveilleux, j'été comblé.

    Après quelques minutes je commencé de me mettre à nu et comme elle a promise, une partie de son armoire été vide et je mis ma première robe sur un cintre à sa place. Le soutif et les seins j'ai mis dans le tiroir prévu, mais mon éjaculat a taché culotte, collants et gaine et je le mis dans le lavabo à tremper pour m'occuper plus tard.

    Le temps est passé en vitesse, déjà 11 heures et je cherche mon pyjama sous l'oreiller. Je trouve à sa place une de ses chemisettes de nuit en soie avec des fines bretelles et brodées autour de la poitrine et en bas. Je la prends et passe dedans. Je file dans la salle des bains pour me brosser les dents et j'ai envie à nouveau. Mais cette fois l'orgasme ne peut pas venir tout seul. Le lève la chemisette et je prends mon sexe dans la main. Je commence doucement de me branler, je prends mon temps pour l'observer et le plaisir de le voir grossir sous mes caresses. Une fois bien érigé je me masturbe devant la glace. Nu dans la chemisette bleue de ma femme qui couvre à peine les fesses, je continue de m'exciter, en pensent à elle dans sa lingerie au matin. Contre mon gène je voudrais que elle pourrait me voire maintenant.

    Mes frictions sur mon sexe deviennent plus en plus vite et j'éjacule contre le miroir en trois coups. Enfin je suis fatigué et je retourne dans la chambre et dans mon lit.

    Le lendemain je me réveille, la chemisette sur mon corps me rappelle que un rêve est devenu réalité. Je prends une douche et avec un petit regret je m'habille en chemise et pantalon mais je me permets de porter dessous une culotte de ma femme, pour me sentir proche d'elle. Aux toilettes je me pose assis comme les femmes tout naturellement en baissant ma petite culotte.

    Le soir venu elle revient, souriante et radieuse, une femme épanouie. J'ai l'impression que le sexe fréquent avec ses différents amants la rend plus en plus belle. Elle me donne un bisou avec les lèvres pointues sur la joug et me demande : Comment ma chérie a trouvé ma petite surprise? Elle t'a plu?

    C'été un enchantement j'ai répondu et je te trouve merveilleuse. Bien, et tu veux continuer?

    Bien sûr et je vais suivre tes consignes qui m'ont déjà porte au septième ciel. Si c'est comme ça elle répond, nous avons toute la soirée pour tu apprends plus de ta nouvelle vie et moi je suis à la bonne place pour t'introduire dans les secrets de la féminité. Elle pose sa main avec les ongles soigneusement vernis sur mon bras et je remarque un nouveau bracelet au poignet.

    J'été en ville hier elle dit, une promenade dans le centre . J'ai visité quelques boutiques, un peu de shopping, aussi pour toi, et après j'eu un rendez-vous avec un homme dans un restaurant et en suite nous sommes allé dans un hôtel très classe où il a réservé une chambre. Tu sais je ne bois jamais, mais je pris quand même une coupe de champagne qui m'a visiblement déchaîné, nous avons fait l'amour trois fois et il m'a offert ce joli bracelet. Je la confiais mon fantasme sur elle ou j'ai souhaité hier de plein cœur elle aura des rapports sans capote et elle se fasse jouir. C'est adorable de toi elle me dit et nous avons maintenant une telle complicité comme des amies, donc j'aimerais de te trouver un jolie nom de fille pour t'appeler comme tu te sent.

    Ques'que tu penses d'Irina? C'est un nom slave et vraiment féminin. Il me plait et j'aimerais bien que tu m'appelle ainsi. Top, tu es Irina ma copine et maintenant tu va avec moi dans la chambre et nous faisons ça que toutes les filles aiment : essayer les vêtements.

    Elle me prend dans la main et me tire vers la chambre en rigolant. Sur les lits sont étalé différentes jupes, robes, tops, je remarque un nouveau chemisier, quelques poches des marques exclusifs. Entre autres les noms des maisons de lingerie fine.

    Déshabille toi et on va te donner un nouveau look.

    Je participe à son jeux volontairement et quand elle voit je porte une de ses culottes elle me dit que ça le plait parce que ça montre mon dévouement à ses idées. Tu peux la garder mais tout le reste doit changer. Elle commence de fouiller dans une des poches et sort un corselet blanc hyper sexy avec les bonnets balconnets. Où t'a tes jolis seins? Dans le tiroir avec ton soutif? Je vais les chercher. Essaye entre temps le corselet. Je rentre dedans et elle me place les seins dans les bonnets. Irina, tu seras très séduisante et il sera dommage de ne pas compléter ta lingerie avec un porte-jarretelles et des vrais bas.

    Immédiatement elle a une petite merveille en dentelles blanches dans sa main et elle le fixe sur ma taille. Quel bas tu préfères Irina? Les noires classiques ou les fantaisie? Ca dépend de la robe je répond et je suis récompensé par un bisou. Exact, et la question est robe ou chemisier et jupe. Je peux te proposer ce chemisier noir transparent qui laisse plus que deviner ton corselet avec une jupe étroite en cuir noir un peu au dessus des genoux. Les bas classiques sont de vigueur. Où une robe style Dior rétro, aux motifs des années 50 avec les bas fantaisies. Si tu choisiras cette robe il est indispensable de porter un petticoat en tulle pour obtenir une bonne largeur.

    C'est sûrement excitant de porter un petticoat mais nous n'allons pas au bal, je prendrais la jupe. Comme tu veux, tout va te rendre attirante et un jour tu iras aussi au bal avec la robe ; Tu verras.

    Assis sur le lit et entouré du Capharnaüm féminin des poches et textiles je mis les bas et elle m'aide de les fixer correctement. Le chemisier est un soupçon de tissu avec des manches longues et un col en V avec une boucle. Il est vraiment transparent et légèrement plissé. Je la demande si il n'est pas trop audacieux et elle me répond que si on a de jolies choses à montrer il faut le faire et point.

    Souriante et presque aussi excité que moi elle me tant la jupe et je me dépêche de la mettre. Elle a une fente derrière et est si étroite que elle me pose la main sur les fesses en rigolant que les hommes voudrant donner beaucoup si ils eurent le droit de le faire. Je me défends un peu et elle me dit en murmurent dans l'oreille que si c'était le prince charmant je le laisserai faire et peut-être plus. Tu verras.

    Halte, elle dit j'ai oublié une boite dans ma voiture. Elle court à l extérieur et revient avec un carton assez grand elle est en train d'ouvrir en courant. Regarde, tu les veux? Elle tient une paire de bottes aux talons hautes de 7 cm minimum en cuir noir brillant. Ils sont coûtés une fortune je m'inquiète. Oui, mais c'est mon amant qui les a payé et il n'a pas fait attention sur la pointure. J'ai l'eu, j'ai l'eu, elle danse devant moi en jonglant avec les bottes. T'a aucune raison de te faire des réflexions, il est riche et il a reçu sa récompense. J'ai le fait une fellation de luxe, ça vaut bien une paire de bottes. Met les vite aux pieds, je veux te voire avec et tu va devenir une grande fille, 7 cm plus grande. Je marche devant elle comme sur un défilée de mode. L'entraînement d'hier avec les escarpins n'été pas inutile. Je me tourne à la porte et je reviens. Elle me tire à son côté sur le lit et m'embrasse sur la bouche, encore très discrètement. Tu es ma meilleure copine, Irina elle me dit dans l'oreille et me mets sa langue dedans pour un clin d'œil.



    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :