• La poste libération d'ABDL

    La poste libération d'ABDL

    Pour tester son délire d'auto contrainte en couche, par 3 fois Paul s'était adressé des clés par la poste. En les mettant le matin avant la levée, il les avait reçues le lendemain en fin de mâtiné. Aujourd'hui, il le ferait une quatrième fois avec les clés du cadenas qui allait l'obliger à rester en couche. Le premier jour de ses congés qu'il voulait 100% érotique, le jeune homme âgé de 26 printemps se rendit donc à la poste de bonne heure pour s'adresser la fameuse enveloppe renforcée contenant la dite clé. Rien que de glisser l'enveloppe dans la boite, l'excita grandement !!!!

    Arrivé chez lui, il se confectionna une sévère épaisseur de couches en perçant la première, puis la seconde avant de mettre la troisième. L'idée était de s'assurer d'avoir assez de protections absorbantes pour ne pas « fuir ». Par-dessus, il passa sa culotte en plastique de contrainte équipée d'une chaîne en guise de ceinture. En la cadenassant, il eut le sentiment très jouissif qu'il allait vivre une aventure érotique titanesque. Il passa la fin de la mâtiné à surfer sur www.fessestivites.com visionna des photos et lu de textes très érotiques. Excité comme une puce, il s'offrit un apéro, puis deux, puis trois puis...

    Le cerveau embrumé par l'alcool, il prit vers 13 heures sa pizza et le laxatif qu'il avait prévu de prendre le soir, histoire de corser un peu son délire. Quand il passa l'après-midi à délirer sur sa chasteté forcée, avec autant d'apéro, les pipis furent assez fréquents et assez excitants. Son ventre se mit à gargouiller, une petite crampe et les vapeurs d'alcool se dissipant le ramenèrent un peu sur terre. Prenant conscience qu'il risquait d'avoir les fesses très sales longtemps, il tenta de se retenir.

    Le premier apéro du soir consommé, il quitta son bureau pour aller s'en chercher un second mais marcher en serrant les fesses pour ne pas « fuir » n'est pas aisé surtout quand les cuisses ne peuvent pas trop se rapprocher pour causse de gros volumes entre les jambes. S'il parvint à la cuisine sans trop de difficultés, le retour ne se passa pas de la même façon. Debout, droit comme un « i » contracté jusqu'aux oreilles au milieu du salon, son anus ne put résister à la pression des excréments rendus liquides par le laxatif. La matière fécale se mit à envahir la couche. Si le sentiment de violer un interdit généra quelques troubles émotions en lui, s'asseoir lui posa un problème et un sentiment de dégout. En regrettant d'avoir pris le laxatif trop tôt, il reprit ses lectures érotiques. Pour dîner, il préféra rester debout... En écoutant le journal télévisé, il faillit s'étouffer avec sa clémentine lorsque David Pujadas annonça un mouvement de grève à la poste. L'horreur ! ! !

    Trouver le sommeil fut donc difficile pour Paul avec les fesses très sales et l'annonce du mouvement de grève perturbant ses plans. Réveillée de bonne heure pour cause d'inconfort, il se précipita sur l'ordinateur pour essayer d'avoir des informations sur la Poste. Son sang se glaça dans ses veines en lisant que 80 % du personnel suivait le mouvement. Convaincu de ne pas recevoir sa clé, il décida de briser le cadenas. N'étant pas bricoleur de nature, Paul n'avait pas d'outil dans son appartement, les seuls qu'il possédait étant dans le coffre de la voiture. Après avoir tordu quelques couverts innocents sur le cadenas, il dut se résigner à se vêtir pour se rendre au parking situé à 400 mètres de l'immeuble alors que sa boite à lettre n'était qu'à trois pas de son appartement, pas qu'il avait prévu de faire en peignoir. GRRRRRR

    Mettre un pantalon sur trois couches pleines n'est pas choses aisée. Même en s'acharnant il n'y parvint pas vraiment et dut se résigner à laisser la braguette et le bouton ouverts. Avec sa ceinture serrée au maximum et un gros pullover en plus de son plus gros blouson pour masquer ses formes, il se rendit en plein mois d'août au parking. Chacun de ses pas furent difficiles car en essayant de marcher normalement malgré le volume général entre ses jambes cela l'obligeait à serrer les couches pleines. Si l'aller se fit sans trop d'encombre, le retour fut abominable pour son moral.

    Le voisin l'interpella pour prendre des nouvelles sur sa santé en le voyant aussi chaudement vêtu en plein mois d'août. Tout en bredouillant quelques mensonges improvisés sur sa santé ; il serra les cuisses pour tenter de dissimuler son embarras mais ses protections martyrisées se mirent à fuir. En sentant quelque chose glisser le long de sa jambe, il crut défaillir. Rentrer chez lui avec ses outils fut bien plus délicat pour son moral que d'aller les chercher.

    Au loin il vit passer son facteur et remercia le ciel en lui promettant de doubler ses entraines pour le calendrier. Une serviette sous les pieds et l'oreille collée à la porte, il attendit sa clé avec impatience. A pas de velours il se glissa dans le hall de l'immeuble, ouvrit sa boite à lettre pour constater qu'il n'avait que des factures et que son enveloppe pourtant postée à 3 kilomètres de chez lui devait être bloquée au centre de tri.

    Avec une sérieuse détermination, il entreprit le cadenas récalcitrant avec pinces et tournevis. Une demi-heure et quelques coupures plus tard, il put enfin laver ses fesses.

    TSM

    Le site www.fessestivites.com propose des solutions plus sécurisantes que la poste pour vos cadenas. Voir la rubrique chasteté pour obtenir des informations sur les cadenas avec libération différée. C'est peu onéreux, plus fiable et sécurisant.



    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 24 Mai 2011 à 19:21
    pUMqKlWu
    NoTf8O , [url=http://fjflmwsbiwje.com/]fjflmwsbiwje[/url], [link=http://sohjvdnhhnjg.com/]sohjvdnhhnjg[/link], http://wlpkiekruhmb.com/
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :